REPORTAGES

LES DERNIERS PÊCHEURS D'AYROLLE
photographies et texte par Vladimir Vasilev


Une communauté d’une vingtaine de professionnels, en voie de disparition.
 
image
Chaque jour, ils viennent dès 5 heures du matin de Gruissan, et ceci depuis 300 ans. Ils forment une communauté d’une vingtaine de pêcheurs qui s’auto administre et veille scrupuleusement à l’écosystème de l’étang, sa seule ressource.
image
L’étang de l’Ayrolle est situé dans le périmètre du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, entre l’étang de étang de Bages-Sigean et celui de Campignol. Il occupe plus de 1 300 hectares et n’est jamais plus profond qu’1,5 mètre.
image
On y pêche de l’anguille verte, de la dorade et du bar.
image
L’anguille est menacée de disparition à cause de la pêche intensive des civelles, et malgré celà son prix n’a cessé de baisser.
image
Pour préserver sa matière première, cette communauté de pêcheurs s’auto-contrôle : chacun est garant du respect des règles de pêche qui maintiendront l’écosystème. Un conseil de prud’homme propre à la profession peut retirer le permis de pêche à ceux qui contreviennent aux usages.
image
Ils vendent leur pêche directement aux consommateurs, à des intermédiaires, mais de plus souvent aujourd’hui aussi en Espagne et en Italie.
image
Le loup, autre nom du bar.
image
Cérémonie en souvenir de marins perdus.
image
Sur un bateau.
image
Le premier prud’homme de Gruissan. Ils sont quatre, juges élus par la communauté, à s’assurer du respect des règles de pêche. Lors de leur fête annuelle, les Prud’hommes tiennent une hampe surmontée de la petite barque dorée dans leur main droite.
image
Fête de la Saint Pierre, patron des pêcheurs.
image
Fête de la Saint Pierre, que l’on dit solidement ancrée dans les traditions depuis le XVIIe siècle.
image
Devant l’une des cabanes. Les jeunes chassent aussi.
image
Dans une cabane. Au bord de l’étang, ces cabanes, propriétés des pouvoirs publics, permettent aux pêcheurs d’entreposer leur matériel.
image
Che Guevara tatoué sur le bras.
image
Retour de pêche.
image
La journée d’un pêcheur commence vers 4h30 du matin. Dans la barque, il relève les filets, trie ce qu’il a remonté. La matinée sera consacrée à nettoyer et réparer les filets avant de les rejeter dans l’étang, durant l’après-midi.


 
tous droits réservés © Vladimir Vasilev / LA FRANCE VUE D'ICI