REPORTAGES

LE CHOIX À JEAN
photographies et texte par Nadège Abadie


Le monde avance, invente, détruit, et des figures subsistent. Bérengère, Sébastien et Jean s’apprêtent à devenir respectivement bergère, militaire et prêtre. Chaque année, plus de 10 000 jeunes entrent dans l’armée de terre, quelque 9 000 jeunes s’installent en tant qu’agriculteurs et plus d’une centaine sont ordonnés prêtres. Pourquoi ces jeunes font-ils ces choix de vie, aujourd’hui ? Être heureux, c’est apprendre à choisir sa voie, son métier, sa manière de vivre et d’aimer. Donner un sens à sa vie n’est pas facile. Ces routes ne sont pas les seules, mais pour eux, ce sont les bonnes. Le choix à Jean c’est aussi celui de Marco, de Jérôme, de Charles, de Kevin… futurs prêtres.
 
image
image
image
Au bout de huit années d’études, les séminaristes seront ordonnés prêtres. Certains arrêteront en cours de route.
image
image
image
image
Marco a 24 ans. Il est entré au séminaire à 20 ans. Il dit que « Pour aimer, il faut être aimé. »
image
image
image
La journée est ponctuée de temps de prières, du lever au coucher : Oraison, laudes, messe, vêpres et complies.
image
image
image
image
Jean, 26 ans, a étudié dans une école de commerce, puis a travaillé en consulting dans une grande banque française. Il a quitté sa petite amie et son emploi, puis est entré au séminaire.
image
image
image
image
image
image
image
image
image
image
image
Tous les mardis midi, les séminaristes des neuf maisons de Paris se réunissent pour déjeuner ensemble et célébrer la messe.
image
image
image
image
image
image
Avant d’intégrer le séminaire beaucoup de jeunes ont travaillé comme ingénieurs, avocats ou banquiers. Ils disent avoir été « appelés ».
image
image
image
« On n’y reste pas pour les mêmes raisons que l’on y est entré. » Prêtre Michel.
image


 
tous droits réservés © Nadège Abadie / LA FRANCE VUE D'ICI