REPORTAGES

LE CHOIX À BÉRENGÈRE
photographies et texte par Nadège Abadie


Le monde avance, invente, détruit, et des figures subsistent. Bérengère, Sébastien et Jean s’apprêtent à devenir respectivement bergère, militaire et prêtre. Chaque année, plus de 10 000 jeunes entrent dans l’armée de terre, quelque 9 000 jeunes s’installent en tant qu’agriculteurs et plus d’une centaine sont ordonnés prêtres. Pourquoi ces jeunes font-ils ces choix de vie, aujourd’hui ? Être heureux, c’est apprendre à choisir sa voie, son métier, sa manière de vivre et d’aimer. Donner un sens à sa vie n’est pas facile. Ces routes ne sont pas les seules, mais pour eux, ce sont les bonnes. Le choix à Bérengère c’est aussi celui de Justin, de Claire et Antoine, de Jessica et Antoine… bergers transhumants, jeunes paysans éleveurs de chèvres ou de vaches laitières.
 
image
image
Jessica et Antoine travaillent dans la ferme familiale de 4e génération. Ils ont 24 et 22 ans.
image
image
Ils ont 70 vaches laitières, la ferme est conduite selon les principes de l’agriculture biologique et a été construite par l’arrière-grand-père d’Antoine.
image
image
« Y’en a qui disent qu’ils ne boiront jamais le lait qu’ils produisent... Moi, tous les soirs, je prends une bouteille dans le tank à lait pour le petit dèj’ du lendemain. » Antoine
image
image
image
Claire et Antoine ont construit leur maison, ça leur a pris deux ans. Ils ont acheté soixante chèvres et construit leur salle de traite. Ils s’attaquent à leur dernier chantier : la fromagerie.
image
image
image
image
image
« On veut être indépendants, travailler à deux, vivre et élever nos futurs enfants dans une ferme. C’est notre choix. » Claire.
image
image
image
image
image
Bérengère a acheté 40 brebis mérinos d’Arles qui commencent à faire des agneaux. « Je ne suis pas du milieu. Les premières années je donnais la main à une bergère qui m’a appris le métier. »
image
image
image
image
image
La transhumance estivale commence en juin. Bérengère et Justin rejoignent leur montagne d’Aussois et leur cabane à 2300 mètres d’altitude.
image
image
Aimé est né le 3 juin, pendant la transhumance. C’est leur premier enfant. « Justin, il l’a tout de suite adoré. Moi j’ai mis un peu plus de temps. »
image
image
image
image


 
tous droits réservés © Nadège Abadie / LA FRANCE VUE D'ICI