textes & photographies par

Alexa Brunet / Transit
 
LA COULÉE
textes & photographies parAlexa Brunet


De Vögué à Vallon Pont d’Arc
Eté 2016

L’Ardèche méridionale est une destination idéale de vacances. Les dizaines de campings qui jalonnent les rivières se remplissent d’une marée de touristes de tous bords sur une courte période estivale. Ils viennent y trouver du repos, du dépaysement et l’occasion de sortir du train-train pendant deux semaines dans l’année.
Le tourisme de masse fabrique de nombreux emplois saisonniers. Les milliers d’employés, serveurs, guides, femmes et hommes de ménage, surveillants de baignade et animateurs sont indispensables au bon fonctionnement de l’économie locale. Alors que les autres se prélassent et se distraient, ils enchainent les journées de 12H pour à peine un Smic.
Le travail est éprouvant et ingrat mais tous reviennent. Pour l’ambiance, la nature et la fête. La saison simplifie les rapports humains ; les clients et les patrons deviennent aussi leurs copains.
D’un côté les peaux se dénudent et les membres se relâchent. De l’autres les gestes du travail s’enchaînent. Les vacanciers se suivent et se ressemblent dans un flux continu et les postures des saisonniers se répètent inlassablement. Certains corps s’exhibent sans complexe, d’autres sont soumis à l’effort jusqu’à la courte pause hebdomadaire.
Durant l’été 2016, tout le long de l’Ardèche, j’ai capté cette atmosphère si particulière, entre frénésie et lâcher-prise.



Caverne du Pont d’Arc



Animation au camping du Cros d’Auzon



Gorges de l’Ardèche




Gorges de l’Ardèche



Delphine, équipe entretien au camping de la Digue



Je suis homme de ménage

Yohan, 24 ans est homme de ménage au camping de la digue à Chauzon. un 4 étoile avec piscine chauffée et 7 hectares de terrain en bord d'Ardèche.
C'est la première année qu'il travaille en Ardèche mais c'est un saisonnier de longue date. L'hiver, il travaille à Avoriaz comme conducteur de chasse neige. Mordu de glisse, c'est un job qui lui plait bien car les horaires sont souples, il est logé au pied des pistes et il peut profiter des pistes pendant 4 mois.
Au camping il fait les sanitaires de 5h30 à 7h30 tous les jours et le samedi il nettoie les mobilhome, généralement ça dure toute la journée.
Aujourd'hui il fait équipe avec Delphine avec le c15, ils ont une vingtaine de mobil home à rendre impeccables, tous identiques. L'ambiance est plutôt détendue. ils peuvent faire une pause clope tous les trois bungalows et ont droit à leur petit pain au chocolat de l'épicerie. Il est logé sur place. Le soir il joue souvent avec les clients aux boules ou au palet.
La journée il pense à ce camion qu’il s’achètera pour prendre la route pour de bon.






Les Bivouacs

La majeure partie des 32 km des gorges de l’Ardèche est une réserve naturelle. Il n’existe donc que deux endroits où l’on peut officiellement dormir si l’on fait la descente en kayak ou à pied sur deux jours : les bivouacs de Gaud et Gournier.
En été ils accueillent chacun entre 100 et 500 personnes par nuit. Un curieux mélange de colos, famille et groupes d’amis venus se changer les idées.
Autrefois les gorges avaient la réputation d’être un espace de perdition où tout était permis. Le lâcher prise était même fortement conseillé. Bien que la réserve existe depuis 36 ans, pour certains, cette liberté est toujours de mise.
Les dérives ont la vie dure malgré l’interdiction d’amener de l’alcool dans la réserve, et bien que la situation soit bien plus calme, il y a encore des nuits où les gendarmes doivent descendre pour arrêter les bagarres.
Pierre, Benoît, Marie et Alban sont saisonniers, embauchés par le syndicat des gorges de l’Ardèche sur deux mois.
Leur job consiste alternativement à garder le lieu propre et tenir le poste d’accueil : renseigner les touristes, fournir le charbon pour le barbecue, s’assurer que tout se passe bien et au besoin prévenir les pompiers ou les gendarmes.
Ils passent jusqu’à 6 nuits par semaine sur place.


Spring and Summer Party à Vogué



Election de miss pin up






Tour de France dans les gorges de l’Ardèche



La Caverne

Depuis son ouverture au printemps 2015, la caverne du pont d’Arc a accueilli plus de 600 000 visiteurs avides de voir la fameuse réplique de la grotte Chauvet Pont d’Arc et ses dessins. En plein cœur de l’été, le site emploie 60 guides conférenciers, il y a jusqu’à 3000 visiteurs par jour. Les départs s’enchaînent toutes les cinq minutes. Les guides alternent visites et animations sur le « campement » et le « terrain de chasse ». Ils y expliquent les techniques du feu, de la chasse, de la sculpture rupestre, et du tir à la sagaie sur un bison en polystyrène. Chloé, 24 ans est l’une d’entre eux, elle travaille 4 jours par semaine et assure quotidiennement jusqu’à 6 visites guidées de 50 minutes avec une pause d’une demi-heure entre chaque.


La Caverne



La Caverne



Bivouac de Gournier




Bivouac de Gournier




La saga des bidonc blancs

Un des moments-clés des vacances est la descente des gorges en canoé-kayak. A Vallon-Pont-d’Arc, une trentaine de loueurs d’embarcations se disputent le pavé sur les quelques kilomètres qui précèdent les gorges.




Aigue-Vive emploie sur deux mois 17 jeunes et moins jeunes. Ils accueillent le public assurent les navettes et le retour des clients à bon port, et transportent le matériel : kayaks, pagaies et bidons, du point d’arrivée au point de départ dans une rotation sans fin. Sur les grosses journées, ils leur arrivent d’être à court de matériel si les 350 kayaks sont sortis, ils faut donc attendre le retour des « mini-descentes » pour faire repartir du monde sur le même parcours. La rivère est parfois si engorgée que les gendarmes doivent y assurer la circulation.




Aigue-vive est une boîte fidèle à ses employés et certains y travaillent depuis 15 ans. Ils peuvent être logés sur place en caravane et ont droit à un jour de congé par semaine, le boulot est intense mais se termine à 19-20H quand tout est rangé.






Repas des saisonniers, Cros d’Auzon



Isal coule douce



Psychedelic circus



Psychedelic circus

Le Cros d’Auzon est un immense complexe touristique de 47 hectares avec bar-restaurant, piscines, gîtes et hôtel. En saison 7 animateurs de 18 à 25 ans travaillent à temps complet sur le site. Dans l’équipe il y a Mama, jeune chorégraphe de métier, qui a motivé l’équipe pour monter un spectacle en quelques jours de préparation : le psychedelic circus. Chaque mercredi les animateurs mettent le feu aux planches, objectif : distraire un public de tous âges avec du chant, de la danse, de la magie et des acrobaties. Avant le spectacle, ainsi qu’avant chaque animation du camping, Tiphaine et ses collègues font de la « rela » qui consiste à faire le tour des mobil-homes ou de la piscine pour motiver les clients à participer. Chaque animation a son quota de hits de l’été, et les vacanciers sont censés repartir en ayant assimilé la « choré du camping ». Les animateurs sont tous logés sur place en mobil-home, payés au SMIC à 60 heures/ semaine. Les jeunes m’invitent pour leur dernier repas avant de repartir chacun vers un voyage, une fac ou un autre job.


Caravanes de saisonniers



Mathilde

Mathilde a 20 ans.
Elle travaille six jours sur sept comme animatrice au camping le Provençal à Vallon-Pont d’Arc. Son collègue Marten fait le lien avec les clients néerlandais.
A eux deux ils ont pour mission d’occuper les jeunes et moins jeunes qui ont besoin d’un coup de pouce pour ne pas s’ennuyer en vacances.
Une journée type :
10-12H : bricolage (enfants)
15-17H : jeux piscine
17H30-19H : tournoi de pétanque/ chasse au trésor
21H30 : Soirée disco
Mathilde vient de Grospierres à 14 km de Vallon. Elle loge au camping et n’a pas le temps de rentrer chez elle le samedi, et à la moindre pause elle dort pour rattraper tout le sommeil qui lui manque.
Le Provençal est pris en sandwich entre Mondial Camping et l’Ardéchois, c’est un camping d’habitués qui reviennent chaque été en moyenne deux semaines. Beaucoup ont leur emplacement atitré. Les occupants des emplacement de l’allée centrale, celle où il y a le plus de va-et-vient, passent le temps en saluant les gens.
Mathilde connaît la plupart des clients, depuis trois ans elle voit grandir leurs enfants. Elle fait aussi un peu partie de la famille.
Ici les vacances sont essentiellement consacrées au repos et à la détente. Les activités prévues au sein du camping, la supérette, la piscine et le resto-bar permettent d’occuper les clients qui n’ont pas besoin de sortir pour se ravitailler, consommer et se distraire.



Psychedelic circus



Tente de saisonnier, Le Provençal



Colo au Bivouac de Gaud



Colo au Bivouac de Gaud



Colo au Bivouac de Gaud




Camionette-snack




MNS à Isla coule douce



Campeurs au Bivouac de Gaud





Animation au camping le Provençal











Tiphaine fait de la « rela » avant le spectacle





« Place de ma serviette »



Salle de jeux, Cros d’Auzon



La Rouvière

  © Alexa Brunet / Transit / La France VUE D'ICI