textes & photographies par

Yohanne Lamoulère
 
MAIN BASSE SUR MARSEILLE
textes & photographies parYohanne Lamoulère


Photographier Marseille au Rolleiflex,
saisir les mutations en cours,
et la vie des rues.




 

LOCALISATION

 

LOCALISATION

18 DÉCEMBRE 201524.12.15



Fin d'année - je vais clore ce chapitre. Il parait que ma valise est trop lourde, qu'il faut se résoudre à classer cette page en archive. Je vais réfléchir à la suite - à la dernière étape de La France vue d'ici. Depuis le début je tiens ce "blog" comme un carnet, j'y ai pris beaucoup de plaisir même si l'année a été longue. Me voilà pleine de tout ce que j'ai pris à tout ceux que j'ai croisé et que je remercie de s'être laissé photographier. Je boucle avec la route des écoliers - le chemin quotidien où finalement on ne voit jamais la même chose.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
13 NOVEMBRE 2015 11.12.2015
Open Boxing au gymnase La Martine - 2000 spectateurs - chaude ambiance.
Trois heures non-stop de combats. Je ne sais plus discerner les mouvements qui m'attirent et ceux qui me font regarder ailleurs.
Au bord du ring, Malik me dit : "T'as vu ce qui se passe à Paris ?".



 

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
OBSESSION #3 03.12.15





Un champ devant Grand Littoral, coincé entre la Castellane et le centre commercial, cerné de voitures - où souvent se repose un homme au chien ou un groupe de lycéens.
Et l’adolescence.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
2 NOVEMBRE 201527.11.15



Des jeunes squattent la devanture d'une boutique chic rue de la Tour.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
OBSESSION #2 03.11.2015

Le Boxing Club Saint-Louis.



 

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
OBSESSION #1 23.10.15
Cela fait quelques années que je travaille dans les quartiers nord de la ville, que j'y vis - et comme n'importe quel photographe, j'y ai développé de nombreuses obsessions.
Ces images que l'on voit surgir très furtivement, souvent quand on roule en voiture, et que l'on laisse s’échapper quand on n'a pas le temps de s’arrêter.
Elles ne sont pas forcément bonnes, mais elles sont récurrentes dans mes paysages familiers.
Ce sont ces photographies qui font que je travaille encore ici, je m'accroche à elles quand j'ai envie de tout plaquer.
Je me dis, merde, celle-là je ne l'ai pas encore faite.
Quand je l'ai faite, même si je ne la garde pas, elle ne me gratte plus.
Ce perroquet que je vois à Consolat.
Cette gaine en plastique rouge que j'ai toujours connu ici.







COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
NON DATÉ13.10.15



Au pied de la tour CMA-CGM, emblème de la nouvelle skyline marseillaise, un cadre supérieur rajuste son costume.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
29 JUILLET 2015 02.10.2015

Entrainement de coqs.

 

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
20 JUILLET 201523.09.2015



Ray, la Gavotte.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
FIN D'ÉTÉ01.09.2015



COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ÉTÉ 2015 - LE FRIOUL21.08.2015



Le Frioul.



Romain

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ÉTÉ 2015 - LE CITÉ BAR14.08.2015



Consolat.



Johan et les cartes.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ÉTÉ 2015 - ESPACE MISTRAL06.08.2015



Navette



Pêche à la Saupe



Pêche à la Saupe

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ÉTÉ 2015 - LES ANCIENS ABATTOIRS29.07.2015



Se fatiguer pendant des heures à accrocher une corde sur la plus haute branche de la place du quartier et faire des exercices de muscu.



Chez Perrico.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ÉTÉ 2015 - MALMOUSQUE21.07.2015



Nora





Hocine

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
29 MAI 2015 26.06.2015

La Santa.



COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
2 JUIN 2015 12.06.2015

Rue de Lyon.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
26 MARS 2015 28.05.2015

Métro Bougainville.
Terminus en direction des quartiers nord.
C'est aussi un livre de Salim Hatubou, mort il y a quelques semaines.

"Métro Bougainville. Je m'assois. Elle est blonde et grande. Elle se pousse et serre son sac contre la poitrine. Mes yeux en larmes s'excusent. S'excuser d'être ici et non ailleurs."

Depuis quelques jours je vois deux enfants monter sur un toit et jouer dans le mistral avec des capes de super héros, juste en face de chez moi. Je n'ose pas crier, peur qu'ils tombent. Je ne connais pas leurs parents. Je descends au pied de l'immeuble. Je vois un flic. Je lui demande s'il est du quartier. Il m'affirme être né ici. Je lui parle des enfants sur le toit, à une quinzaine de mètres de haut, seuls. Il me demande s'ils font du bruit. Je réponds que non. Il me demande si je m'inquiète. Oui. "Laissez les tomber. Ça en fera toujours deux de moins."


COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 MARS 2015 04.05.2015

Dans un replis du quartier des Aygalades, à proximité des quatre chemins, Macho se débat.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
25 MARS 2015 16.04.2015

Momon, Denis Bar, Saint-Henri.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
28 MARS 2015 09.04.2015

Soumaya, Cabaret Raï, Verduron Haut.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
11 MARS 2015 02.04.2015


L'ex-usine des Fralib à Gémenos s’apprête à relancer les machines après 1336 jours de lutte face au géant Unilever. La victoire de ces ouvriers et le projet de Scop sont des symboles de ténacité. A la suite d'une vaillante occupation et 4 plans sociaux, les travailleurs récupèrent machines et locaux, des indemnités versées aux travailleurs ainsi que 2 850 000 euros d'Unilever pour le projet de reprise.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
15 MARS 2015 26.03.2015

Marseille Champion, cela veut dire capitale du Sport en 2017, après avoir été inopportunément celle de la Culture en 2013.
Comme le dit l'affiche, la ville brille aujourd'hui surtout grâce à ses piscines fermées.
Heureusement qu'ici on peut encore flâner grimé en vieille pute sauvage, au Carnaval de la Plaine-Noailles, que la municipalité n'a définitivement pas réussi à enfermer dans une salle obscure de son beau Mucem.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
23 NOVEMBRE 2014 19.03.2015

Match OM/FCG de Bordeaux. L'OM gagne 3-1 et reprend la tête devant Paris. Mais ce n'est pas que pour ça que je viens.
Le noyau dur du club de supporters des MTP - Marseille Trop Puissant - n'est pas constitué que de simples supporters.
C'est un club populaire qui défend des valeurs, au stade mais aussi pour sa ville.
Le jour de la commémoration d'Ibrahim Ali les MTP ont déployé une banderole en son honneur.
Le jour de la mort de Kader Tighilt, éducateur emblématique des quartiers nord aussi.
Tout se recoupe.



 

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
21 FÉVRIER 2015 12.03.2015

Ibrahim Ali est mort le 21 février 1995 dans le quartier des Aygalades à Marseille, tué par des colleurs d'affiches du Front National. Vingt ans plus tard, à 500 mètres de la nouvelle mairie frontiste, le fils de sa cousine Faty fait partie du rassemblement, et Soly, comme tous les ans, libère son slam.

SOUS FRANCE ÉTERNELLE

Je n’ai plus les mots, p’tit Frère
Mes cris, mes SOS en échos me reviennent
Sans cesse comme de vaines prières
L’amer refrain d’une vieille rengaine
La mélodie d’amour d’une âme en peine
Dans un désert d’autistes aux visages pâles
Face aux discours de ceux qui clament la haine
Pour tout étendard et grand projet national
Une ancienne antienne aux airs de carême
Qui vous obsède l’esprit
Y sème violentes migraines, des idées malsaines
Et les graines de la folie
J’ai perdu la clef de ma boite à rimes
Celle qui m’ouvrait à la paix de l’âme
M’éloignait de l’abime lorsque la déprime
Me faisait du pied et du charme
Même mon stylo bille part à la dérive
Et déverse des flots de pensées morbides
A trop soigner ses maux à l’encre sédative

J’ai perdu la foi en ce monde fraternel
Qui berçait nos rêves d’enfants poètes
Félons, faux­culs, poltrons et faux prophètes
Ont teint de gris et de brun mon arc­en­ciel
L’on croit que les mots vous éloignent du suicide

20 ans qu’ils nous débitent leurs serments d’hypocrites
A chaque veille d’élection
En démago opportunistes, ça fait 20 ans qu’ils évitent
De prendre position
De froisser les fascistes
Qu’ils soient de leur camp ou de l’opposition
De vrais équilibristes
En matière d’opinion et d’engagement
Pompiers pyromanes aux principes élastiques
Ils gèrent leur carrière en bons pères de famille
Et promettent à qui veut le paradis laïc
Un pays béni où Dieu a les traits de Charlie
Honni soit celui qui du mal y pense ou l’offense
Tout impie est mis au pilori ou finit sur la potence
La lutte contre les discriminations sociales et raciales
Peut attendre la fin des temps pour devenir une cause nationale
Après tout nous sommes tous égaux sous le drapeau tricolore
Même si certains seront toujours des négros de la naissance à leur mort

Combien de décennies faut­il encore
Pour qu’enfin Ibrahim
Cesse d’être un enfant des Comores
Pour devenir un minot de la savine
Noir et musulman : double peine, double crime
De la mère Patrie tu seras l’éternel fils illégitime
Celui qui à chaque fois l’on montre du doigt
Et à qui l’opinion et les médias demandent
De faire son mea culpa pour tous les attentats
Perpétrés par des fadas dans le monde

 

Alors quelle idée absurde qu’une rue, un bâtiment
Ou même un sentier borgne qui porte ton nom
Toi le fils d’une femme de ménage d’origine comorienne
Et non celui d’un médecin issu de la bourgeoisie phocéenne
Non mais quelle folie de croire qu’à un enfant de la sous France
Marianne peut un jour confier les clés de sa maison blanche
Frère j’ai cessé de chanter le chant des partisans
Depuis que des cocos et des socialos ont viré fachos
Leurs bobos de rejetons des nazillons collabos
Séduisant des cathos gogaulistes par millions
L’international ne sera jamais le genre humain
Aujourd’hui les zigs heill résonnent dans tous les coins
A chaque scrutin, les mêmes coups de surin
Dans les plaies béantes de nos blessures d’enfance
Un front républicain pour le triomphe des aryens
La douce France de Pétain et son modèle de résistance

La bête immonde est de retour dans nos doux foyers
Et tous nos vieux mots d’amour ont pris des congés payés
Partis en fumée cette nuit d’hiver où les nazis
T’ont pris la vie, arraché à ta mère, à ta famille
Depuis, combien de frères et sœurs, combien d’amis
Ont perdu leur repaire, traumatisés à vie
Survivants d’une guerre contre l’oubli, l’indifférence
L’amnésie, l’intolérance, le mépris et le silence
Des hommes et des femmes de paix, debout
Qui ont su malgré tout rester dignes
Malgré les coups du sors et même parfois le dégoût
De voir combien les idées du FN fascinent
Après tant de crimes en série
Phillipe Brocard, Imad Bouhoud, Ibrahim Ali

Brahim Bouarram, Clément Meyric, Zahir Boudjelal... tous victimes
De la barbarie FN et de leurs hordes de skins

Dieu merci, sur tes amis tu peux compter
Ainsi que tes frères et sœurs en humanité
Pour que jamais ton souvenir ne s’efface
Pour toujours te garder dans leur cœur une place
Deux décennies que tu nous as quitté frérot
Et tu manques toujours autant à nos vies, Chibaco


- Mbaé Tahamida Mohamed aka Soly
Marseille, 21/02/2015

 

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
2 DÉCEMBRE 2014 05.03.2015

Quartier de la Joliette. Deux ouvriers viennent de Lyon pour changer une petite pièce métallique sur la façade du FRAC (Fond Régional d'Art Contemporain).

C'est un des quartiers de Marseille où il y a certainement le plus à dire tellement les transformations urbaines ont été intenses et brutales. En 2015 il est devenu une vitrine de la ville à venir, droite et clinquante, que certains trouvent formidable, d'autres ségrégationniste. Cette partie de la ville incarne aussi une sorte de frontière, le nord étant à (re)conquérir, les grands projets de réhabilitation démarrent là.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
1 DÉCEMBRE 2014 26.02.2015

Je badaude au milieu des allées des jardins ouvriers de Saint-Joseph, 14 hectares de terre dans le XIV° arrondissement de la ville surnommés "les jardins de Pétain".
Je garde la clef depuis des années, et je me rends compte que finalement j'y traine assez peu. Le même soir, j'ai rendez-vous avec Nasser à la Viste 38 pour une répétition d'ATL Crew. Mais il n'y a personne au centre social Del Rio pour nous ouvrir la porte. Direction la Calade, dans une petite salle escamotée au pied d'une tour du Cap Janet.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
2 NOVEMBRE 2014 19.02.2015

Stade Vélodrome, Match OM/RC Lens, tribune MTP - Marseille Trop Puissant.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
15 OCTOBRE 2014 (TER) 12.02.2015

Georges, patron pécheur, livre le Petit Nice devant le Mucem.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
LSC - BASSIN DE SÉON06.02.2015

Mélissa a appris à jouer au pied des immeubles, avec les garçons. « Ils m’ont toujours respectée, beaucoup. » L’air sérieux, elle arbore un maillot du Barça dans les couloirs du centre social. Beka, son entraîneur, la porte aux nues : « Mélissa, c’est la Maradona de l’équipe, c’est notre milieu créateur ! » L’intéressée ne rougit pas, mais cligne des yeux sous le compliment : « À la base, je jouais dehors, dans la rue, puis à la Castellane, où on jouait en District, à sept. Après, je suis allée à Aix, en DH, et là, on jouait à onze, contre des villes, pas contre des quartiers. Puis j’ai tenté ma chance au centre de formation de Lyon. Comme ça me passionne, je rêvais de devenir professionnelle, mais je suis vite redescendue sur terre, parce que j’avais pas de bons bulletins. Alors je suis venue ici. »

- Bruno Le Dantec, in CQFD N°123

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
2 DÉCEMBRE 2014 29.01.2015

Boulevard d'Hanoï, Marseille 15ème. Moussa et Kelyan surplombent la mer et l'autoroute du soleil, gravissent la colline depuis les tuileries du bassin de Séon, antique cœur industriel du nord de la ville. Ils ont trouvé un passage secret depuis le parc Brégante, évitent les chiens, escaladent les murs dressés, s'imaginent corsaires. Ils sortent du collège.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
"SANS-TITRE" 21.01.2015

Je ne me souviens plus de quand date cette image. C'est à Ruisseau Mirabeau, un quartier anciennement qualifié de bidonville, où vivent des yéniches, des manouches et des gitans. La mère de Fleur m'avait demandé de faire des photos de sa fille. Et puis elle avait oublié le rendez-vous plusieurs fois, et puis Fleur n'avait pas très envie d'être photographiée. Je n'ai jamais ramené ces images au quartier.
COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
15 OCTOBRE 2014 (BIS) 15.01.2015

Stephan, que je surnomme "le Belge", pêche face au Mucem. Il donne les poissons qu'il sort de temps en temps de l'eau. Bruxellois de 48 ans, il vit depuis 17 ans en France. Après avoir résidé en Haute-Savoie il arrive boulevard National, dans le IIIe arrondissement de Marseille. "Le quartier est dur, c'est abusé". Il est en procès contre Eiffage, qui n'a pas voulu reconnaître un accident du travail. "A Marseille il fait beau, mais les gens ne sont pas sympas, il n'y a pas d'ambiance. Dans le BTP les marseillais travaillent mal. On ne fait pas de ciment quand il gèle par exemple, il faut le savoir."
COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
22 NOVEMBRE 2014 16.12.2014

ATL Crew est un groupe du 38 La Viste. Je les ai photographié la première fois il y a environ trois ans. Je suis retombée sur eux au Merlan. Ils ont gardé le même humour, la même fraîcheur, et ils dansent encore ensemble, un frère et deux sœurs.
COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
15 OCTOBRE 2014 19.11.2014

Esplanade du Mucem.
Le Marseille de demain…?
COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
19 MARS 2014 (BIS) 18.11.2014

Felix Pyat.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 SEPTEMBRE 2014 13.11.2014

Gaëtan, cité des Aygalades.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
4 SEPTEMBRE 2014 10.11.2014

Esplanade du Mucem.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
2 AOUT 2014 08.11.2014

A Marseille, plusieurs manifestations de soutien au peuple palestinien s’organisent.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
19 MARS 2014 06.11.2014

Le 19 mars 2014, sur les murs de la cité Félix Pyat, on fait encore campagne.
Le 30 mars 2014, Jean-Claude Gaudin – qui se représente pour un quatrième mandat – est réélu maire de Marseille. Patrick Mennucci perd trois secteurs jusque là détenus par la gauche, dont un, le VII°, au profit du frontiste Stéphane Ravier.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
20 JUILLET 2014 04.11.2014

A la fin du mois de juillet le bidonville de Plombières vit ses derniers jours à Marseille. Plusieurs curés de la ville décident de loger temporairement des familles Roms dans différents bâtiments appartenant à la paroisse. Dans une petite maison de la Viste, on devait installer une famille de 8 personnes. Mais le quartier a fait front. Madame Thomas habite elle aussi dans cette maison.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
MARSEILLE SE BARRICADE ? 15.10.2014

Je profite d’une publication dans M Le Monde du week-end pour revenir sur cette image. Quand j’ai commencé à travailler sur les quartiers de Marseille, on marchait souvent au hasard des rues avec un copain géographe, Jérémy, partout où nous n’étions jamais allés ensemble. J’ai pris cette photo à deux pâtés de maisons de chez moi. En arrière plan on distingue le 38 la Viste. A cette époque Jérémy, qui travaillait à un mémoire sur ce thème, m’expliquait que 7% du territoire marseillais était clos. La résidentialisation du territoire « partagé » de la ville est une réalité, même si l’article publié ce week-end dans M Le Monde a suscité beaucoup de réactions. On voit aussi de cette manière que c’est un sujet qui divise à Marseille. Je serai curieuse de savoir ce qu’il en est exactement aujourd’hui.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ON COMMENCE ! 08.11.2014

D’abord, je vous préviens, je n’aurai pas le même rythme que les trois autres copains photographes. D’une part, parce que nous avons décidé, avec CétàVoir et Médiapart, que je continuerai de photographier Marseille au moyen-format, en argentique, lentement donc. D’autre part, parce qu’il me semble que ce mode de prise de vue est plus adapté à un documentaire au long court, sur toute une ville, entre la démarche photojournalistique et une forme d’errance dans les rues où j’ai pris l’habitude de photographier mes voisins… Mon postulat de départ, pour ne choisir qu’une seule règle : photographier les gens dans un espace partagé, l’espace public. J’ai commencé par les 15 et 16e arrondissements de Marseille, parce que j’y vis, mais l’idée est aujourd’hui d’élargir le terrain de jeu, de partir jusqu’aux quartiers Sud (que je connais un peu quand même !). Je vois depuis chez Khaouter les pelleteuses sur l’hôpital Paul Desbief… les quartiers des Docks, la Joliette… la rue de la République, bien sûr… Et Roger qui a ouvert un bar au quai de la Lave… Beca et ses footballeuses du Bassin de Séon à l’Estaque, Mômon à Saint-Henri et son tatouage du tonnerre… J’embraque sur un tanker à Fos mais aussi sur le chalut de Georges, à la Madrague de Montredon pour la pêche au filet…

A très bientôt !

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI

TwitterFacebook