textes & photographies par

Yohanne Lamoulère
 
MAIN BASSE SUR MARSEILLE - VOLUME 2
textes & photographies parYohanne Lamoulère


Photographier Marseille au Rolleiflex,
saisir les mutations en cours,
et la vie des rues.




 

LOCALISATION

 

LOCALISATION

2 OCTOBRE 2016 12.12.2016
90 ans de la Cité Saint-Louis.



COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
7 OCTOBRE 2016 05.12.2016
Heddy, le Merlan.



COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
19 NOVEMBRE 2016 28.11.2016
Open Boxing, La Martine.



COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
NON DATÉ 16.11.2016
Fada Pride, place Jean Jaurès.




COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
12 JUILLET 2016 13.09.2016
Rue du Musée.




COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
4 JUILLET 2016 17.08.2016


À la suite d'une négociation avec la direction qui aura duré plusieurs heures ce lundi 4 juillet, les femmes ressortent victorieuses.
Un protocole de fin de conflit a été validé et acte les points suivants : fin du paiement à la chambre, augmentation de la qualification dans la grille de la propreté ; obtention d'une prime de panier quotidienne au prorata du temps de travail ; prise en charge de l'entretien des tenues ; amélioration de l'organisation du travail et des horaires de service ; possibilité de prise de pauses dans la cafétéria de l'hôtel ; deux jours de repos avec roulement le week-end...
Les 17 jours de grève seront en principe pris en charge par l'employeur (10 jours payés, 3 jours rattrapés pendant l'été), la caisse de grève permettra de compenser les 4 autres.








COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
29 JUIN 2016 TER 08.08.2016

Au mois de juin, Marseille est une des villes françaises où l'Euro de football se joue. Au B&B Joliette, le prix des chambres a considérablement augmenté (parfois du simple au triple les soirs de match). Les salaires, eux, restent au plus bas. Face à l'hôtel, les grévistes ont déplacé les chaises à l'ombre ; nous regardons les femmes de ménage "remplaçantes" travailler.






COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
29 JUIN 2016 BIS 02.08.2016





Sous un soleil de plomb, les femmes organisent avec la CNT le piquet de grève et dénoncent les pratiques illégales de PROPEO : paiement à la tâche, "oublis" systématiques des heures supplémentaires, interdiction de la pause réglementaire, absence de locaux pour le personnel...


COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
29 JUIN 2016 28.07.2016





Depuis le 28 juin les femmes de chambre de l'hôtel B&B Joliette sont en grève reconductible. Elles sont salariées de PROPEO, entreprise sous traitant le nettoyage de l'hôtel, et sont payées à la tâche, 1,50 euros par chambre.


COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
ÉTÉ 2016 01.07.2016


Semaine anti-coloniale à la Savine. Des associations décident de lutter contre les injustices, le chômage, le décrochage des jeunes, les préjugés, la crise du logement. Des graffeurs sont venus, avec l'accord de la société HLM, donner vie aux murs du quartier. La réalisation d'une fresque murale à l’effigie du drapeau palestinien et à Georges Abdallah est interrompue par la visite des services de police. Les motifs invoqués sont les tensions provoquées par le drapeau et son caractère... religieux.

Destruction de la tour G à la Castellane.


COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
20 MAI 2016 10.06.2016












Au moment du festival de Cannes, au centre social du Bassin de Séon, on projette le premier épisode de la deuxième saison de la série Marsiglia, un opus made in quartier. Quelques jours plus tard, le géant américain Netflix termine d'accrocher ses 9 lettres, Marseille, à flan de coteaux. Cliché.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
19 MAI - 28 AVRIL 2016 30.05.2016




Les infirmiers

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
28 AVRIL 2016 - PART 3 12.05.2016


Samba
COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
28 AVRIL 2016 - PART 2 09.05.2016





COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
28 AVRIL 2016 06.05.2016





COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
09 AVRIL 2016 - NUIT DEBOUT - COURS JULIEN 03.05.2016





COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 MARS 2016 PART.5 27.04.2016





COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 MARS 2016 PART.4 22.04.2016


Blocage de l'A7
COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 > 31 MARS 2016 20.04.2016





COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 MARS 2016 PART.3 18.04.2016





COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 MARS 2016 PART.2 14.04.2016






Ici, nous, vois-tu,
nous on marche
et nous on tue,
nous on crève...

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
24 MARS 2016 13.04.2016




Ici chacun sait
ce qu'il veut,
ce qu'il fait
quand il passe.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
28 FÉVRIER 201622.03.2016



Bollywood dress.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
21 FÉVRIER 2016 22.02.2016

Comme tous les ans, aux quatre chemins des Aygalades, à 500 mètres d'une mairie frontiste, on commémore le meurtre d'Ibrahim Ali, tué à l'age de 17 ans par des colleurs d'affiches du FN.
Et Soly libère son slam.

DECHEANCE D’HUMANITE

Vingt et un an que je proclame
Ma flamme et mon appartenance
Corps et âme à dame Marianne
Mais pour toutes réponses à mes doléances
Elle me balance à la figure ; à cause de ma différence
L’infériorité de mon ascendance
Et son immense mépris pour mes croyances
Sous couvert d’état d’urgence
Elle me condamne au charme de la déchéance
M’assigne à résidence
Dans mon ghetto, ce haut lieu de plaisance
Où elle m’a exilé depuis ma naissance
Alors je me dis : tant pis je lâche l’affaire
Y en marre de servir d’éternel bouc émissaire
Moi aussi je veux verser dans la surenchère
Des discours plein de fiel identitaire
Et plaider la main sur le cœur la peur
De perdre ce que j’ai de plus cher
Aussi, je me lâche, cette fois-ci je passe
De l’autre coté de la force intérieure
Face à mes propres échecs, mes erreurs je crache
Ma haine des autres et de soi, mon aigreur
Place aux propos abjects
Aux pensées primaires et infectes
J’accepte de mettre aux oubliettes
Ce qui fait de moi un être humain
Doué de raison et de compassion pour son prochain
Les temps sont à l’inquisition
A la ratonnade, au rejet, la discrimination
Au diable les étiquettes
Le politiquement correctes
Il n’y a plus honte ni déshonneur à être
Un gros facho de la casse de la race à la Morano
Il suffit que je me fasse comme Valls
Deux ou trois amigos blancos
Et mes propos passeront crème aux infos
Quoi de plus jouissif
Y a t-il plus grand kiff
Que de s’affranchir de tous les tabous
Après tout l’homme n’est-il pas un loup
Pour ses congénères, aussi de loin je préfère
Etre en haut de la chaîne alimentaire
Que de servir de chaire fraîche à des bêtes sanguinaires
Tous ces migrants clandestins amassés à nos frontières
Venus nous ôter de la bouche notre miette de misère
Nos modèles, nos intellectuels

 


Même notre nouvel immortel philosophe
Finkelkraut et son ami BHL nous martèlent
Nous prédisent les pires catastrophes
Sur les antennes radio et toutes les chaînes télé
Si nous ne changeons pas notre logiciel de pensée
Et si nous écoutons encore les délires de ces énergumènes
Qui nous parlent à tort et à travers de valeurs humaines
Tous ces agités du bocal
Qui nous saoulent depuis
Plus de deux décennies
Sur les dangers du Front national
Tout ça parce que des héros
Des patriotes ont eu le courage ultime
De tuer d’une balle dans le dos
Un petit noir prénommé Ibrahim
En plus ils ont le culot
De réclamer un bâtiment, une rue à son nom
Pour paraît-il le devoir de mémoire
Envers les futures générations
Ben voyons ! Comme si notre histoire
Nous a déjà été d’un quelconque enseignement
Comme si les blancs et les noirs
Pouvaient être égaux (…)
Vingt et un ans que nous sommes entrés en résistance
Dans la douce France des droits de l’homme hétéro blanc
Nous autres, et les femmes, et les gouines, et les gays, et les trans…
Avec un peu de chance connaîtrons ce joli concept à la fin des temps
Mais qu’importe leurs sales manigances
Ils n’auront pas notre haine de la France
Donc au diable les appels au suicide
Des chantres des guerres de civilisations moribondes
Leurs croisades, leurs djihads morbides
N’auront jamais raison de nos convictions profondes
Que chaque homme n’est que la somme de son éducation
Et des moyens qu’on lui donne pour s’épanouir
Personne ne vient au monde mauvais ou bon
Aimer ou haïr, chacun est libre de choisir
Alors nous allons poursuivre notre chemin de croix
Jusqu’à ce que Mère Patrie nous prenne dans ses bras
Et nous fasse enfin sentir son doux parfum d’égalité
En priant que jamais la rancœur ne chasse notre part d’humanité



- Mbaé Tahamida Mohamed aka Soly
Marseille, 21/02/2016
ALAIN BOGGERO19.02.16


En 1989, à la fermeture des chantiers navals de la Seyne-sur-Mer, Alain Boggero, charpentier-tôlier de son état, décide de peindre les 6000 ouvriers licenciés. Il devient peintre. Et il continue de l’être, avec toujours un seul concept : celui de peindre des ouvriers et d’abord ceux des chantiers navals. Plus ils disparaissent, plus on veut les faire disparaître, plus il les fixe sur la toile, le carton, les draps, les tee-shirts, enfin sur tout ce qui lui tombe sous les mains.

« J’aimerais bien exposer mes ouvriers à Beaubourg. Ça me ferait plaisir bien sûr, mais je serai surtout fier pour eux ».

AR




COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
DANIELLE JACQUI11.02.16



Danielle Jacqui a 81 ans. Sa résidence dans l’ancien marché de gros d’Aubagne prend fin après neuf ans de présence quasi quotidienne. Elle a façonné, cuit, émaillé, doré des centaines de mètres carrés de céramique. Pendant un temps, cette ancienne brocanteuse, profane en la matière, a imaginé « céramiquer » la façade de la gare d’Aubagne. Cette production hors-norme, inclassable, est en train d’être déménagée pour être exposée en Suisse. Un classique pour l’art brut, une perte pour Marseille et sa région.

Antoine Ronchin.




COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
BOULEVARD BOUÈS01.02.16



Boulevard Bouès, la Belle de Mai.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI
LA FRICHE DE LA BELLE DE MAI26.01.2016
Barak - Zoé - Gabrièle.
Clément et Xavier - Rita - Serge.

COMMENTER  © Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI

TwitterFacebook