textes & photographies par

Géraldine Millo
 
LES HÉRITIERS
textes & photographies parGéraldine Millo



La série Les héritiers propose un portrait d’une jeunesse en formation professionnelle. Depuis près de cinq ans, je participe à des résidences d’artiste en milieu scolaire pour mener des ateliers avec les jeunes et les photographier dans leurs apprentissages. Documentaire entre poésie et sociologie, la série continue d’explorer les thématiques qui animent l’école pro et la société qui la façonne.


 

LOCALISATION

 

LOCALISATION



CFA BTP27.02.2017
Le CFA Maurice Pierre Valette à Evreux propose aux jeunes des formations en peinture, carrelage, maçonnerie, électricité ou encore plomberie. A mi-temps chez le patron, les jeunes, la plupart des garçons, expérimentent ce que formation veut dire. Ils ne sentent plus élèves et plus du tout ado : ils sont des travailleurs en devenir.








































COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
LES GARS DU BOIS 19.12.2016
Ce sont des portraits de jeunes qui, de 14 à 20 ans, ont choisi de se former aux métiers de la forêt et de la scierie. Ils deviendront bûcheron, élagueur ou ouvrier de scierie. Je leur ai demandé de poser simplement, face à l'appareil, qu'il n'y ait que leur visage et leur regard, face à nous. Cette série est complétée par un travail documentaire sur d'autres jeunes de ce lycée, dans leurs apprentissages à l'école ou en stage.















COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
LES FORESTIERS 06.12.2016
Au lycée des métiers du bois, on forme aux métiers de la forêt – bûcheronnage, élagage – et de la scierie. Les jeunes y apprennent, dès la classe de 4e, à couper, tronçonner, barder... ce sont des métiers qui portent un imaginaire qui les séduit. Vivre libre au grand air, mettre ses forces à l'épreuve du travail, apprendre un métier d'homme, voilà de solides motivations pour réussir ses examens.




























COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
EREA : PEINTRES22.11.2016


EREA Maurice Genevoix, Le Havre

Les EREA (Enseignement régional d’Enseignement Adapté) accueillent des jeunes en grandes difficultés scolaires, sociales ou familiales, ou présentant un handicap. Ils leur proposent des formations diplômantes. L’EREA du Havre forment aux métiers d’agent de propreté et d’hygiène, de maçon, de maintenance des bâtiments de collectivité, de peintre applicateur de revêtements et de serrurier métallier. En petits groupes, très entourés par leurs enseignants, ils développent des compétences qui leur promettent une autonomie et leur donnent confiance en eux. C’est souvent un lieu où ils se réconcilient avec le système scolaire, avant soit de rentrer dans la vie active, soit de poursuivre des études en bac pro.












COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
CAP ESTHÉTIQUE22.09.2016


Lycée Florian, Sceaux, Ile de France

Les héritières

Dans les filières coiffure et esthétique, on ne trouve quasiment que des filles. Cette division sexuée du travail m’intéresse. Je l’avais déjà rencontrée quand j’avais travaillé sur les formations aux métiers du bâtiment. Là, il n’y avait presque que des garçons. Il n’y a pas de raison que l’école ne reproduise pas les stéréotypes de notre société : aux garçons la force et la technique, aux filles le soin et les domaines étendus du domestique. On pourrait attendre une remise à plat par l’école de ces stéréotypes, tout comme on attend d’elle une mise à niveau des chances de réussite sociale. Mais les gestes, les enseignements, les attentes sont connotés : ainsi, malgré la bonne volonté des familles, des jeunes, des enseignants, les filles, des milieux populaires, apprennent la coiffure et l’esthétique, et les garçons, des milieux populaires, l’électricité et la plomberie.












COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
CAP COIFFURE12.09.2016


Lycée Florian, Sceaux, Ile de France

Les héritières

Dans les filières coiffure et esthétique, on ne trouve quasiment que des filles. Cette division sexuée du travail m’intéresse. Je l’avais déjà rencontrée quand j’avais travaillé sur les formations aux métiers du bâtiment. Là, il n’y avait presque que des garçons. Il n’y a pas de raison que l’école ne reproduise pas les stéréotypes de notre société : aux garçons la force et la technique, aux filles le soin et les domaines étendus du domestique. On pourrait attendre une remise à plat par l’école de ces stéréotypes, tout comme on attend d’elle une mise à niveau des chances de réussite sociale. Mais les gestes, les enseignements, les attentes sont connotés : ainsi, malgré la bonne volonté des familles, des jeunes, des enseignants, les filles, des milieux populaires, apprennent la coiffure et l’esthétique, et les garçons, des milieux populaires, l’électricité et la plomberie.


















COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
EREA : MAÇONS30.08.2016


Les EREA (Etablissement régional d’Enseignement Adapté) accueillent des jeunes en grandes difficultés scolaires, sociales ou familiales, ou présentant un handicap. Ils leur proposent des formations diplômantes. L’EREA du Havre forment aux métiers d’agent de propreté et d’hygiène, de maçon, de maintenance des bâtiments de collectivité, de peintre applicateur de revêtements et de serrurier métallier. En petits groupes, très entourés par leurs enseignants, ils développent des compétences qui leur promettent une autonomie et leur donnent confiance en eux. C’est souvent un lieu où ils se réconcilient avec le système scolaire, avant soit de rentrer dans la vie active, soit de poursuivre des études en bac pro.


















COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
EREA : AGENT POLYVALENT D'ENTRETIEN08.07.2016


Les EREA (Etablissement régional d’Enseignement Adapté) accueillent des jeunes en grandes difficultés scolaires, sociales ou familiales, ou présentant un handicap. Ils leur proposent des formations diplômantes. L’EREA du Havre forment aux métiers d’agent de propreté et d’hygiène, de maçon, de maintenance des bâtiments de collectivité, de peintre applicateur de revêtements et de serrurier métallier. En petits groupes, très entourés par leurs enseignants, ils développent des compétences qui leur promettent une autonomie et leur donnent confiance en eux. C’est souvent un lieu où ils se réconcilient avec le système scolaire, avant soit de rentrer dans la vie active, soit de poursuivre des études en bac pro.














COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
FORMATION SERVICE HÔTELIER 30.03.2016


Au lycée Maupassant - Descartes se côtoient les filières générales et les filières professionnelles: le nom de Descartes a été choisi pour les filières pro, la plupart à forte dominante technique et industrielle. Excepté l’option Service hôtelier qui regroupe essentiellement des filles, mais aussi quelques gars. Apprendre à faire les chambres, faire un lit selon différentes présentations, organiser un petit-déjeuner digne d’un bon hôtel: voici les savoir-faire que ces jeunes, plus ou moins motivés, acquièrent durant leur CAP Service hôtelier.







COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
FORMATION CHAUDRONNERIE INDUSTRIELLE 17.03.2016


Au lycée Maupassant - Descartes se côtoient les filières générales et les filières professionnelles: le nom de Descartes a été choisi pour les filières pro, la plupart à forte dominante technique et industrielle. Un début de documentaire réalisé avec des jeunes en CAP Chaudronnerie industrielle.


















COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
FORMATION TRAVAUX PAYSAGERS 20.01.2016


Au CFA de Chartres La Saussaye, les apprentis sont formés aux métiers de l’aménagement paysager. Ils apprennent le nom des plantes, leurs besoins, le désherbage, l’entretien des espaces verts. Ils obtiendront un Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole option travaux paysagers ou un bac professionnel aménagements paysagers formant à la fonction de contremaitre dans une entreprise paysagère.



Entretien de massif



Maxime, CAP 1, décapage à la houe



Solly, CAP 1, désherbage manuel



Contrôle en Cours de Formation, bac pro aménagements paysagers









Entretien de massif

Maxime, CAP 1, décapage à la houe

Solly, CAP 1, désherbage manuel

Contrôle en Cours de Formation, bac pro aménagements paysagers

COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
FORMATION MARITIME13.01.2016


Ce volet de la série Les héritiers a été réalisé dans les lycées maritimes Anita Conti à Fécamp et maritime et aquacole Daniel Rigolet à Cherbourg. Les élèves sont formés du CAP au bac pro en pêche, mécanique marine, ostréiculture, ou encore commerce maritime. Il y a douze lycées maritimes en France, dépendant du ministère de l’écologie. Plus tardivement que pour d’autres écoles pro, les écoles de marins apparaissent à la toute fin du XIXe, dans la même dynamique de modernisation des pratiques. « Désormais, on demande au pêcheur d’apprendre son métier de façon rationnelle et scolaire afin de répondre aux exigences de l'économie de marché. C’est aussi une façon d’encadrer la profession et de permettre à l’État de contrôler cette part de l’activité économique nationale et cette partie des populations littorales. » Denis Biget, anthropologue. Aujourd’hui des fils de pêcheurs, mais surtout des jeunes de tous horizons viennent s’y former aux métiers de la mer. Cette série interroge leurs apprentissages et leur lien avec l’histoire et l’imaginaire de la mer.


Patrons pour navire




Remontée de la drague



En pause à la ferme ostréicole pédagogique



CAP pêche sur le chalutier pédagogique, Cherbourg




Ferme ostréicole pédagogique du lycée maritime et aquacole de Cherbourg




Exercice d’incendie, stage sur une frégate de la Marine Nationale
Exercice de survie, savoir nager avec son ciré et ses bottes




Thomas, en stage sur le chalutier de Fécamp Spes



Sur le chalutier pédagogique Ma Normandie



Passage du Certificat de Formation de Base à la Sécurité

Patrons pour navire

Remontée de la drague

En pause à la ferme ostréicole pédagogique

CAP pêche sur le chalutier pédagogique, Cherbourg

Ferme ostréicole pédagogique du lycée maritime et aquacole de Cherbourg

Exercice d’incendie, stage sur une frégate de la Marine Nationale

Exercice de survie, savoir nager avec son ciré et ses bottes

Thomas, en stage sur le chalutier de Fécamp Spes

Sur le chalutier pédagogique Ma Normandie

Passage du Certificat de Formation de Base à la Sécurité

 

COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
FORMATION ALIMENTAIRE04.01.2016


Ce volet de la série Les héritiers a été réalisé au lycée agricole de La Saussaye à Chartres. Il présente la chorégraphie que les jeunes mènent au sein de la halle agroalimentaire pédagogique, tantôt attelés à fabriquer du cidre, de la glace, du pain, des saucisses…, évoluant de droite et de gauche dans un univers scolaire-industriel. La halle rassemble les machines qu’ils pourront rencontrer dans le monde professionnel, en plus petit, et les familiarise ainsi avec la complexité des apprentissages techniques. Apprendre à suivre un protocole de réalisation, à effectuer des relevés, à utiliser les interfaces informatiques complexes des différentes machines: autant de tâches qui relèvent du savoir-faire de l’opérateur - on ne dit plus ouvrier - spécialisé. Ils pourront ensuite être embauchés en production ou dans les services qui l’encadrent.



Audrey, plateforme laitière, halle agroalimentaire pédagogique





Rémi, filière Sciences et Technologie des Aliments



Enseignement de génie alimentaire, Brevet de Technicien Supérieur Agricole






Marion, embossage et fumage des saucisses



Industrie agroalimentaire, usine de transformation de viande de porc, région Centre



Florentin, saumurage du jambon, cuisine pédagogique

Rémi, filière Sciences et Technologie des Aliments.

Enseignement de génie alimentaire, Brevet de Technicien Supérieur Agricole.

Audrey, plateforme laitière, halle agroalimentaire pédagogique.

Florentin, saumurage du jambon, cuisine pédagogique.

Marion, embossage et fumage des saucisses.

Industrie agroalimentaire, usine de transformation de viande de porc, région Centre.

 

COMMENTER  © Géraldine Millo / La France VUE D'ICI
TwitterFacebook